Disciplines associés

YOSEIKAN BUDO

Le Yoseïkan Budo est un art martial développé à la fin des années 60 et fondé officiellement en 1975 par Maître Hiroo Mochizuki. Né en 1936 à Shizuoka (Japon), fils de Maître Minoru Mochizuki à qui il doit l’essentiel de ses connaissances.

Le répertoire du Yoseïkan Budo englobe des techniques de percussions (pieds, genoux, mains, coudes, tête…), de clefs (torsions et extensions articulaires), de projections, d’immobilisations, d’étranglements et d’armes (traditionnelles ou recouvertes de mousse). Le système de correspondance entre les différentes techniques est démontré et exploité principalement par l’intermédiaire du kata Yoseïkan Happo base fondamentale de la méthode.

A.M.V.

Près de 14 000 personnes pratiquent les Arts Martiaux Vietnamiens au sein de la Fédération Française de Karaté et Disciplines Associées. En France, le Viêt Võ Đao  (« Viêt » pour Viêtnam – « Võ » pour Art Martial – « Đao » pour Voie) se développe au début des années 50, sous l’impulsion de Maîtres Vietnamiens (Nguyen Dan Phu, Pham Xuan Tong, Tasteyre Tran Phuc, Hoang Nam, Pham Hoang, Trung Hoa, Bui Van Thinh…) issus de familles de lettrés.

Dans la grande famille des Arts martiaux Vietnamiens, on distingue au sein de la FFKDA : les AMV Traditionnels (Vo Co Truyen) et le Vovinam Viet Vo Dao.

– Monsieur Giovanni Tramontini, Directeur Technique National Adjoint est chargé du suivi du développement des Arts Martiaux Vietnamiens auprès de la Direction Technique Nationale.
– Monsieur Jacques Charprenet est le chargé de mission des Arts Martiaux Vietnamiens.

Une commission des grades AMV a été créée en 2014‐2015. Un annuaire AMV précise les fonctions des différents responsables par secteurs.

WUSHU

« Le wushu désigne collectivement tous les arts martiaux chinois sans distinction particulière de style ou de forme. »

Cette définition figurant dans les statuts de la fédération européenne de wushu (EWUF) signifie que les arts martiaux chinois rassemblent une grande variété de pratiques au sein d’une identité historique et culturelle.

Les formes d’expression compétitive (compétitive wushu) et traditionnelle (traditionnal wushu) font partie du wushu

  • les formes de combat comme le sanda (boxe pied-poing et lutte) ou le shuaï-Jiao (lutte chinoise),
  • les styles « externes » (shaolin, hung-gar, tang-lang, wing-tsun, etc.),
  • les styles « internes » (taiji-quan, bagua-zhang, xing-yi-quan, etc.),
  • le qi-gong (méthodes de santé ou de bien-être).

Le patrimoine technique du wushu est donc immense, et cette richesse permet de proposer des activités adaptées aux motivations de chacun.

KRAV MAGA

Le Krav Maga est une discipline de combat simple, directe, efficace, et accessible à toutes les catégories de population. Elle met l’accent sur la gestion du combat, l’analyse de l’environnement, et la préservation de soi en toute circonstance et se compose de deux parties principales :

  • Le self-défense qui en est la charpente, et qui rassemble des techniques variées permettant de se défendre contre une grande variété d’attaques, armées ou non et de venir rapidement à bout d’un ou plusieurs assaillants.
  • Le combat corps à corps qui constitue une phase plus avancée du Krav Maga, et inclut la dimension psychologique du combat (gérer le stress, travail à plusieurs, les armes…)

Elle connaît aujourd’hui sur la scène internationale un vif engouement auprès du grand public dans sa version civile.

FULL CONTACT

Le Karaté Full Contact ou Karaté Contact est un sport, issu du karaté et des différents arts martiaux, appartenant aux formes de boxes pieds-poings nées aux États-Unis dans les années 1960 et 1970. Il utilise des techniques de pieds et de poings qui suivent des règles strictes garantissant un maximum de sécurité.

Le « Karaté Light Contact » ou « Semi Contact » est réservé aux moins de 18 ans et aux adultes ne souhaitant pas faire de contact. Il consiste à réaliser un combat avec des touches contrôlées. Pour Dominique Valéra, « le principe c’est d’amener pédagogiquement et progressivement les jeunes au « Karaté Contact » ou au « Karaté Full Contact » tout en offrant des conditions optimales au niveau de la structure arbitrale, médicale et professorale. Le travail réalisé avec le jeune doit-être un rapport avec son âge et ses possibilités ». Les combats de « Karaté Light Contact » ou « Semi-Contact » se déroulent sur tatami et les K.O sont interdits.

Le « Karaté Contact » est une variante qui permet la mise en pratique en toute sécurité (casque, gants, protège-tibias et protège-pieds) des différentes techniques de pieds et de poings issues du karaté traditionnel. Il est différent du « Karaté Full Contact » car il se pratique sur un tatami et certaines techniques comme le « Low-Kick » sont autorisées. En « Karaté Contact » le K-O est autorisé.

Le « Karaté Full Contact » est encore différent du « Karaté Contact » car les combats se déroulent sur un ring. Pour les compétitions de « Karaté Full Contact » lors de cette saison, la FFKDA met en place 5 rings pour les compétitions nationales. « Avec le ring, l’approche est totalement différente ! Il n’y a pas d’arrêt de l’arbitre et il faut être capable d’esquiver et de se déplacer pour éviter de rester dans les cordes » explique Dominique VALERA, 9ème dan expert fédéral.