07/08 Mai 2017 – Championnat de France Minime : interview Jérémie FEILLET

10 mai 2017

18342080_1925414241070554_4596266587188232551_n

Jérémie Feillet / (+65kg)

Âge : 14 ans
Début en karaté : 6 ans
Ceinture : Noire
Club : Saint Michel Sports Karaté
Technique favorite : ura-mawashi en contre

Coach : Eric Lamère

 


Déjà très mûr pour son âge, Jérémie Feillet, champion de France minime +65kg, a lui aussi un palmarès conséquent, et ce même à l’international.

Il est « vainqueur de l’Open Adidas, de la coupe de France, et du championnat de France cette année, il se classe également second à l’Open de Liège ainsi qu’à l’Open d’Amsterdam, et ce dans la catégorie cadet », expose son coach Eric Lamère.

 

© Frédéric Dupont / FFKDA

© Frédéric Dupont / FFKDA

L’envie de faire de la compétition, Jérémie l’a depuis l’âge de 7 ans. « J’aime le challenge et être en compétition avec les autres », admet-il souriant. Pour se préparer à l’enjeu national du week-end, le jeune athlète confie avoir réalisé des compétitions de préparation. « On se prépare tout au long de la saison, on regarde nos défauts pour se corriger et pour mettre le travail en place en vue de la compétition. » Aujourd’hui, Jérémie prend l’or, à l’issue d’une compétition parfaitement gérée. « J’ai bien pris mes appuis lors du premier combat, j’ai pu me régler, ce qui est important pour débuter une compétition. Ensuite, la machine s’est mise en route au fur et à mesure des tours. L’essentiel est de s’isoler, ne penser à rien et bien se concentrer » nous explique-t-il avec une maturité impressionnante.

Une maturité expliquée par les objectifs du jeune athlète, qui souhaite « aller le plus haut possible, et donner le maximum, pour entrer en équipe de France l’année prochaine », mais aussi par l’attitude de son coach qui explique qu’après « chaque compétition, gagnée ou non, on repart à zéro. Il y a un temps pour faire la fête, mais ensuite on se remobilise dès le lendemain ! Ils n’ont que 14 ans, ils sont encore jeunes, sourit-il, il faut qu’ils restent réguliers et qu’ils comprennent qu’une victoire aujourd’hui peut être un échec le lendemain, et vice-versa. »