Belle énergie à Dinard pour le stage de détection

7 novembre 2019

« Allez ! Allez !  Je veux de l’intensité … Bras avant, bras arrière et on termine avec un mawashi » les consignes de Franck Bisson résonnent dans la salle de judo du Campus Sport Bretagne de Dinard.

Ce mercredi 6 novembre, pour le premier stage de détection de la saison, les jeunes karatékas bretons étaient conviés à participer à un entraînement de Haut-Niveau sous la houlette de Franck Bisson, entraineur national. Les jeunes, répartis en deux groupes – les benjamins 2 et minimes dans un premier temps puis les cadets et juniors pour conclure – effectuent une séance poussée de deux heures à base de travail physique, technique et stratégique. Intense. « C’est important de les sensibiliser aux exigences du haut-niveau, de leur montrer toutes les facettes et toutes les attentes que cela requiert » explique Fabrice Gicquel, présent en tant qu’entraineur régional de la Ligue.

Franck Bisson, entourée des benajmins 2 et des minimes / Photo : Maxime Rannou - LRBK
Franck Bisson, entourée des benjamins 2 et des minimes / Photo : Maxime Rannou – LRBK

« En dehors des entrainements, ils doivent développer une réelle culture de leur discipline à haut-niveau, c’est à dire s’intéresser aux résultats des sélectionnés français, avoir des modèles, regarder des vidéos, connaitre les critères de sélection, les performances des jeunes dans leur catégorie … Franck leur en avait déjà parlé lors du premier rassemblement la saison passée et il l’a répété lors de cet échange d’une heure avec eux. Il faut qu’ils s’imprègnent de tout cet univers. Je vois qu’ils sont motivés, qu’ils ont soif d’apprendre mais ça ne suffit pas. » ajoute l’entraineur régional.

Tout juste revenu des championnats du Monde de karaté qui se déroulaient au Chili et où la France a terminé au troisième rang des nations, Franck Bisson, entraîneur national jeunes, dirigeait donc ce stage de détection. L’objectif de la Fédération étant d’aller au contact des jeunes dans les régions afin de repérer les jeunes talents et de leur inculquer cette culture du haut-niveau.

« C’est encouragent pour la suite. Ne lâchez rien ! »

« Nous étions étonnés l’an passé que le poste d’entraineur régional, et la subvention qui va avec, soit supprimé par la Fédération. Cette saison, on nous annonce que deux stages de détection vont avoir lieu et que les entraineurs des clubs de la Ligue bénéficieront également de deux jours de formation sportive sur notre territoire. Nous sommes très satisfaits de ce que propose la Fédération, c’est positif pour la suite car il y a une proximité. Nous sommes sur du concret ! ». Par ces mots, Jérôme Delaveau, le DTR, exprime sa satisfaction du virage pris cette saison par la Fédération et poursuit : « Depuis que je suis en poste, j’essaie de créer une énergie positive avec l’ensemble des acteurs de la Ligue, en utilisant à bon escient les compétences de chacun. Notre objectif avec le Président, c’est de fédérer tous les départements autour du projet régional. Il faut décloisonner les frontières qui pouvaient exister auparavant et tous tendre dans la même direction. C’est un travail de tous les jours mais nous allons y arriver (sourire). »

Temps d'échange sur le haut-niveau avec Franck Bisson / Photo : Maxime Rannou - LRBK
Temps d’échange sur le haut-niveau avec Franck Bisson / Photo : Maxime Rannou – LRBK

La voix du DTR est posée mais l’énergie est bien présente, tout comme sur les tatamis d’ailleurs, où les jeunes bretons s’emploient à montrer une belle image au représentant national. Franck Bisson, à l’issue des deux heures d’entrainement avec les cadets et juniors, ne manquera d’ailleurs pas de souligner qu’il a été « très agréablement surpris par le niveau affiché sur la séance. C’est encourageant pour la suite. Nous avons fait une séance que nous proposons habituellement aux jeunes des collectifs France. Ne lâchez rien. »

« La volonté de former plusieurs équipes pour les championnats de France des Ligues en 2020″

Cinquième l’an passé à l’Open Adidas pour sa première année chez les cadettes, Thelma Déniel (Budo 35) s’est de nouveau classée au pied du podium il y a un mois, lors de la même épreuve, alors qu’elle aspirait à une médaille pour sa seconde année chez les cadettes. Une déception forcément. « J’étais très déçue par ce résultat, mais le fait de participer à ce stage me donne de l’énergie positive et de la volonté pour la suite de la saison. J’ai appris pas mal de choses sur l’aspect tactique et également sur ce qu’est le haut-niveau. » Ewen Marpeau (PPL Karaté), minime 1, « voulait se donner à fond sur ce stage. On a retravaillé certains bases et je vais continuer à bosser avec mon club. J’ai envie de me fixer des objectifs sur le plan national mais il arrive parfois que je perde confiance en plein combat. J’ai passé trois tours l’an passé mais j’ai dans l’idée de faire mieux d’année en année, pour un jour monter sur le podium au national. »

Et Fabrice Gicquel de ponctuer : «  Avec le DTR et le Président, nous avons la volonté de former une équipe de Ligue dans ces catégories d’âges en vue des championnats de France (15 février 2020 à la Halle Carpentier à Paris). On constate qu’un noyau dur de jeunes est entrain de se constituer suite au stage de ligue effectué il y a quinze jours. C’est encourageant. Cela prouve que ces jeunes et leurs entraineurs sont motivés pour s’inscrire dans ce projet avec la Ligue. »

>> Photos et Vidéos sur : Instagram / Facebook


Rendez-vous le mercredi 1er avril 2020 pour le second stage de détection de la saison qui sera organisé à Ploeren (56) et dirigé par Alexandre Biamonti. Rappelons que la Ligue Régionale de Bretagne organisera à Rennes le 17 mai prochain, les championnats de France combats juniors … une belle occasion pour les jeunes karatékas bretons de briller devant leur public.