LES DISCIPLINES ASSOCIEES

LES ARTS MARTIAUX VIETNAMIENS près de 12 000 personnes pratiquent les Arts Martiaux Vietnamiens au sein de la Fédération Française de Karaté.

https://youtu.be/moPeXckO3fA

 

C’est sous le terme Viêt Võ Đao  (“Viêt” pour Viêtnam – “Võ” pour Art Martial – “Đao” pour Voie) que se développent les AMV en France au début des années 50, sous l’impulsion de Maîtres Vietnamiens (Nguyen Dan Phu, Pham Xuan Tong, Tasteyre Tran Phuc, Hoang Nam, Pham Hoang, Trung Hoa, Bui Van Thinh…) issus de familles de lettrés.

Souvent qualifiés d’art de vivre, les AMV conviennent aussi bien aux adultes qu’aux enfants de par la richesse des techniques proposées. La recherche de l’épanouissement personnel, le respect d’autrui et la cohésion en sont par ailleurs les maîtres-mots. Les Arts Martiaux Vietnamiens (AMV) trouvent leur spécificité dans la complémentarité de la tradition avec la modernité qui les caractérisent.

Dans la grande famille des Arts martiaux Vietnamiens, se distinguent deux styles au sein de la fédération : les AMV Traditionnels et le Vovinam Viet Vo Dao.

Le Võ Cổ Truyền est un terme désignant l’ensemble des Arts Martiaux Vietnamiens Traditionnels, se compose d’une multitude de styles différents appelés « mon phai ». Chaque style préserve ses techniques à travers des Quyen propre à son école.

Le Vovinam Viet Vo Dao est un art martial relativement récent issu d’une synthèse de toutes les techniques de combat. La compétition sportive est très développée dans cette discipline avec de nombreux championnats internationaux.

Krav Maga

La discipline Krav Maga est une discipline de combat simple, directe, efficace, et accessible à toutes les catégories de population.

Dans note département le Krav Maga  connaît aujourd’hui un vif engouement auprès des clubs affiliés à  la FFKARATE gage de label de compétence.

Des regroupements sont organisés avec les enseignants dans une ambiance conviviale ;cette année la compétition départementale est maintenue avec un stage de préparation préalable

Elle met l’accent sur la gestion du combat, l’analyse de l’environnement, et la préservation de soi en toute circonstance et se compose de deux parties principales :

  • Le self-défense qui en est la charpente, et qui rassemble des techniques variées permettant de se défendre contre une grande variété d’attaques, armées ou non et de venir rapidement à bout d’un ou plusieurs assaillants.
  • Le combat corps à corps qui constitue une phase plus avancée du Krav Maga, et inclut la dimension psychologique du combat (gérer le stress, travail à plusieurs, les armes…)

 le WU SHU  désigne collectivement tous les arts martiaux chinois sans distinction particulière de style ou de forme.

Cette définition figurant dans les statuts de la fédération européenne de wushu (EWUF) signifie que les arts martiaux chinois rassemblent une grande variété de pratiques au sein d’une identité historique et culturelle. Les formes d’expression compétitive et traditionnelle font partie du wushu :

  • les formes de combat comme le sanda (boxe pied-poing et lutte) ou le shuaï-Jiao (lutte chinoise),
  • les styles « externes » (shaolin, hung-gar, tang-lang, wing-tsun, etc.),
  • les styles « internes » (taiji-quan, bagua-zhang, xing-yi-quan, etc.),
  • le qi-gong (méthodes de santé ou de bien-être).

Le patrimoine technique du wushu est donc immense, et cette richesse permet de proposer des activités adaptées aux motivations de chacun.

AMSEAM Combat à mains nues ou avec armes, les arts martiaux indonésiens et philippins proposent un éventail très large de techniques et une grande variété de secteurs de travail.

Ils réunissent aussi bien les aspects ludiques et traditionnels que ceux du combat et d’une redoutable self-défense, la compétition est possible à travers différents formats sportifs.
Deux groupes se distinguent au sein de la Fédération Française de Karaté :

  • Le Kali Eskrima : privilégie le travail avec armes (bâton, couteau, épée) incluant des techniques à mains nues. Il ne nécessite pas de condition physique particulière et s’adresse à tous les publics.
  • Le Pencak Silat : privilégie, dans sa forme traditionnelle, un travail postural très bas, sous forme de danse dissimulant des techniques martiales très efficaces. Dans sa forme moderne, il s’appuie sur un travail de self-défense avec des réponses éclairs et une finalisation rapide des actions