Louis-Gabriel Ramarozatovo, le karaté et le kobudo en parallèle (1/2)24 février 2021
Entretien avec Louis-Gabriel Ramarozatovo (Kobudo)
BANNIERESITE_RVB_LOUISGABRIEL
Elève de Gérald Dumont, Louis-Gabriel Ramarozatovo, pratiquant de karaté et de kobudo, nous parle de ces deux disciplines qui ont guidé son parcours martial. Première partie de l’entretien. Pouvez-vous me présenter votre parcours dans les arts martiaux ? Natif de Madagascar, je suis arrivé en métropole en 1998, j’avais alors 26 ans. La philosophie des arts martiaux m’intéressait, aussi j’ai cherché un club sur Lorient. J’ai découvert le club de karaté style Shotokan de Monsieur Dumont qui enseignait au CEP. L’esprit de mon professeur et l’ambiance sérieuse du club m’ont tout de suite intéressé et je m’y suis inscrit directement, je ne le savais pas encore mais les arts martiaux allaient alors faire partie de ma vie. Au bout de 4 ans, j’ai passé mon 1er Dan de karaté et 2 ans après mon 2ème Dan en 2004. A cette époque là, j’ai suivi mon professeur Monsieur Dumont qui pratiquait également le Kobudo d’Okinawa avec Senseï Ledy à Rennes et, à partir de ma ceinture verte, j’ai commencé à participer avec eux aux stages nationaux de la fédération Oshukai, sous la direction de Senseï Chinen. J’en faisais 3 ou 4 par an car c’était important d’avoir la transmission en direct avec le grand maître. Au bout de 3 années de pratique de kobudo j’ai passé mon 1er dan puis 2 ans après mon 2 ème dan. Ensuite ma progression dans les 2 disciplines a continué (4ème dan karaté et 3ème en kobudo puis, en été 2019, 5ème dan en karaté et 4ème en kobudo).…
Interview croisée avec deux jeunes morbihannaises1 février 2021
BANNIERESITE_RVB_INTERVIEWCROISEE
Cloé (12 ans) et Anaïs (13 ans) font toutes les deux de la compétition, l’une en kata, l’autre en combat. A l’occasion de la « Journée Internationale du Sport Féminin » qui se tenait le dimanche 24 janvier, elles nous parlent dans cette interview croisée du karaté, une discipline pratiquée depuis plusieurs années. Interview croisée A quel âge as-tu commencé le karaté ? Cloé : J’ai débuté le karaté à 8 ans ! Anaïs : J’ai commencé à 8 ans, en accompagnant mon papy, Michel Rézolier, à son entraînement. Je lui ai demandé si je pouvais également pratiquer cette discipline. Pourquoi t’es-tu lancée dans cette discipline ? Cloé : Je me suis lancée dans le karaté car j’aimais le côté martial et individuel de ce sport. Anaïs  : Car, ça m’a plu tout de suite, j’ai aimé l’énergie qu’on dégage et c’est un sport où l’on bouge beaucoup, et moi, il faut que je bouge ! Pratiquais-tu un autre sport auparavant ? Lequel ? Cloé : Oui, je pratiquais la gymnastique Anaïs : Je pratiquais de la Gymnastique Rythmique et Sportive (GRS). Qu’est-ce que tu as tout de suite aimé dans le karaté ? Et moins aimé ? Cloé : J’ai tout de suite aimé la discipline et l’ambiance dans mon club ! Anaïs : J’ai aimé les valeurs morales : le respect, la discipline. Puis, c’est un sport en groupe et aussi on pratique les jeux de pieds. J’ai pu ainsi utiliser ma souplesse et ma vivacité. J’ai tout de suite adoré, je pouvais m’exprimer à travers le karaté.…
Reporté / Passage de grades du 31 janvier 202115 janvier 2021
BANNIERESITE_RVB_GRADES copie
Le Comité du Morbihan de Karaté vous informe que le passage de grades programmé le 31 janvier 2021 au dojo de Kervignac, est reporté suite aux décisions ministérielles liées à la situation sanitaire.      
Alain Beslay : « le Karaté Défense Training, une méthode dynamique »15 janvier 2021
BANNIERESITE_patrickbeslay
Militaire de carrière, Alain Beslay s’est lancé dans le karaté à l’âge de 45 ans, pour suivre ses enfants qui pratiquaient cet art martial. Après plusieurs années de pratique et un troisième Dan en poche, il est devenu professeur en « Karaté Défense Training » dans le club de Muzillac. Témoignage.  « Comme tout le monde j’ai débuté avec une ceinture blanche, j’avais 45 ans et je venais de terminer ma carrière de militaire » débute Alain Beslay. Ce militaire de profession qui a notamment pratiqué le Close Combat, avait aussi essayé le judo dans ses jeunes années, « mais ce n’était pas pour moi ». A l’époque, Alain est un gymnaste accompli. « J’ai participé à quelques championnats de France. Je faisais de la gym au sol, des barres parallèles mais aussi du cheval d’arçon. » Apprendre les bases à 45 ans Pourquoi le karaté ? Pourquoi à 45 ans ? « Tout simplement car mes enfants s’y sont mis, ont aimé et j’ai suivi (sourire). L’objectif était pour moi de retrouver une activité physique à l’issue de ma carrière professionnelle. Commencer à 45 ans, cela peut paraitre tardif mais grâce à cette activité j’ai retrouvé de la souplesse, du cardio … et du plaisir aussi, tout simplement. » « J’étais dans un groupe de débutants comme moi mais la différence c’est qu’il y avait pas mal de jeunes. J’ai raccroché le peloton au fur et à mesure. Certains sont plus aguerris que d’autres et on profite ainsi de leur savoir. On avance, on évolue … c’est ce qui est…
Emeline Jego, se construire avec les sports de combat5 janvier 2021
BANNIERE_SITEFFK
A tout juste 17 ans, Émeline Jego a déjà pas mal bourlinguer dans le milieu des sports de combat. Cette pratiquante, véritable passionnée, s’est essayée à de nombreuses disciplines afin de s’enrichir personnellement et sportivement. Entretien avec une jeune licenciée Morbihannaise, moteur au niveau du karaté contact sur le département. Les débuts Comment es-tu venue à pratiquer les sports de combat ? Du haut de mes 5 ans, j’avais un tempérament un peu « rebelle ». Mes parents ont voulu m’inscrire à un sport afin que je puisse apprendre le respect des règles au sein d’un groupe et que je puisse me défouler. Après s’être renseigné sur les sports existants autour d’eux et mon père ayant lui-même pratiqué un sport de combat, la boxe anglaise, le karaté leur a semblé le plus approprié.  Par quelle discipline as-tu débuté ? J’ai tout d’abord commencé à 5 ans par du karaté sportif que j’ai pratiqué en compétition. A l’âge de 11 ans, j’ai intégré le Centre Labellisé d’Entraînement Départemental à Lorient avec pour entraîneur Jérôme Le Houedec avec qui je suis restée jusqu’à mon arrêt de cette discipline à l’âge de 14 ans. En parallèle, dès l’âge de 9 ans, j’ai découvert le karaté semi et light contact par le biais de mon père qui avait décidé de reprendre les sports de combat après une pause de quelques années. J’ai donc pratiqué pendant quelques années les deux disciplines conjointement. A 14 ans et avec le passage au lycée, il a fallu que je fasse un choix entre…