Karaté Contact

Responsable de la commission karaté contact

PATISSON Rodrigue

Rodrigue PATISSON

Professeur de karaté contact

Professeur d’arts martiaux et de sports de combat

Karaté 6ème dan

Full contact 7ème degré

Boxe américaine 6ème degré

Membre de jury et examinateur aux examens de passage de grades (1er au 5ème dan), zone nord, ligue Ile de France

Co-auteur du référentiel et programme d’enseignement du karaté contact du 1er au 5ème dan 2005

CV_PATISSON Rodrigue

 

 

Le Karaté Full Contact ou Karaté Contact est un sport, issu du karaté et des différents arts martiaux, appartenant aux formes de boxes pieds-poings nées aux États-Unis dans les années 1960 et 1970. Il utilise des techniques de pieds et de poings qui suivent des règles strictes garantissant un maximum de sécurité.

Le « Karaté Light Contact » ou « Semi Contact » est réservé aux moins de 18 ans et aux adultes ne souhaitant pas faire de contact. Il consiste à réaliser un combat avec des touches contrôlées. Pour Dominique Valéra, « le principe c’est d’amener pédagogiquement et progressivement les jeunes au « Karaté Contact » ou au « Karaté Full Contact » tout en offrant des conditions optimales au niveau de la structure arbitrale, médicale et professorale. Le travail réalisé avec le jeune doit-être un rapport avec son âge et ses possibilités ». Les combats de « Karaté Light Contact » ou « Semi-Contact » se déroulent sur tatami et les K.O sont interdits.

Le « Karaté Contact » est une variante qui permet la mise en pratique en toute sécurité (casque, gants, protège-tibias et protège-pieds) des différentes techniques de pieds et de poings issues du karaté traditionnel. Il est différent du « Karaté Full Contact » car il se pratique sur un tatami et certaines techniques comme le « Low-Kick » sont autorisées. En « Karaté Contact » le K-O est autorisé.

Le « Karaté Full Contact » est encore différent du « Karaté Contact » car les combats se déroulent sur un ring. Pour les compétitions de « Karaté Full Contact » lors de cette saison, la FFKDA met en place 5 rings pour les compétitions nationales. « Avec le ring, l’approche est totalement différente ! Il n’y a pas d’arrêt de l’arbitre et il faut être capable d’esquiver et de se déplacer pour éviter de rester dans les cordes » explique Dominique VALERA, 9ème dan expert fédéral.